Le coaching en pratique

Le métamodèle PNL

Le métamodèle PNL… Voilà un bien grand mot pour un outil très simple qui a pour objectif de vous faire préciser ce que vous voulez dire. Le métamodèle PNL est un outil de maïeutique : il vous aide à vous faire accoucher des solutions que vous portez en vous-même.

Il était une fois…un certain Jean CARTEDUMONDE qui quitta la ville CONFUSION dans le Sud de l’Europe et qui se rendit dans la belle ville de MÉTAMODELE PNL, cette ville où les gens communiquent harmonieusement. A l’entrée de la ville, il y a des panneaux de mise en garde : aux sous-entendus, aux propos confus, aux interprétations et aux généralisations, etc. Car dans cette belle ville, la bonne communication est une philosophie de vie. Pour y séjourner, il faut s’abstenir de tenir des propos non conformes !

Objectif du métamodèle PNL

Quand vous parlez de quelque chose, vous généralisez, vous sélectionnez ou vous déformez. Mais par rapport à la donnée de départ, de quoi parlez-vous vraiment ? Qu’est-ce que vous dites quand vous dites ce que vous dites ?

Et cet outil linguistique de questionnement permet d’une manière très respectueuse de s’adapter à votre « carte du monde », à votre représentation du monde, et de ce fait il m’aide à mieux vous comprendre.

Car, cette représentation du monde est unique et propre à chaque personne. Vous devez bien comprendre que ce que vous dites, interprété par mon langage au travers de mes propres filtres de perception de la réalité, va ensuite être interprété par vous, en fonction de vos propres filtres de perception de votre propre réalité, et il ne reste alors que peu de points d’entente !

Définition du métamodèle PNL

Elaboré par John GRINDER et Richard BANDLER, le métamodèle est un questionnement qui permet de retrouver l’origine de la généralisation, de la sélection et de la distorsion. Avec la PNL (Programmation Neuro Linguistique), vous apprenez que les trois grands filtres de la communication sont la généralisation, la distorsion et la sélection.

Examinez maintenant les trois grands filtres de la communication : généralisation, sélection, distorsion, qui donnent de la cohérence à votre modèle du monde.

Exemples des trois filtres

Par exemple : Quelqu’un vous dit « Je ne sais pas ce que j’ai, je ne me sens pas bien »… avant d’éclater en sanglots en disant « Et puis de toute façon, personne ne m’aime ! ». Voici l’exemple typique d’une communication qui n’en est pas une, qui viole toutes les règles du métamodèle ! Avec quelques questions simples, vous allez pouvoir aider cette personne à mieux comprendre ce qui se passe en elle, pour tenter également de mieux la comprendre en contournant les filtres de la perception.

  • « Je ne sais pas ce que j’ai  » : que ressens-tu, quels sont tes besoins en ce moment, (ne partez pas dans le passé… ce qui compte c’est ce qu’elle ressent maintenant, ce qui se passe en elle à ce moment précis), que te dis-tu de toi-même ? Vous avez beaucoup de mal à mettre des mots sur ce qui se passe en vous, raison pour laquelle vos problèmes vous semblent insolubles. Si vous savez ce dont vous avez vraiment besoin, vous avez de meilleures chances de l’obtenir.
  • « Je ne me sens pas bien » : qu’est-ce que ce serait pour vous, se sentir bien, (utilisez le contre-exemple), y a-t-il des moments particuliers où vous vous sentez bien ? Le but est d’aider la personne à préciser son état interne, son ressenti négatif. En mettant des mots dessus, elle a plus de chance de régler le problème que si ce problème est flou, indéfini, éthéré et gazeux ! A problème imprécis, réponses et solutions imprécises, à problème précis et défini, réponse et solution précises, définies !
  • « Personne ne m’aime » : c’est ici une généralisation typique, comme les fameux « C’est toujours moi qui… » dans la communication de couple ! Les questions à vous poser : Vraiment personne ? Vraiment jamais ?

La généralisation

Le métamodèle PNL en détailLa généralisation vous permet de faire des apprentissages. Ainsi, quand un enfant se brûle une fois un doigt en l’approchant d’une flamme, il n’aura pas besoin de retenter bien souvent l’expérience avant de se dire que la flamme, cela brûle ! Il aura appris par généralisation que tout ce qui ressemble à une flamme brûle et il ne remettra plus en question cette croyance très positive pour lui !

Généralisation
ExempleQuestion
Les adverbes généralisant (tous, toujours, jamais rien, tout le monde, etc.)Elle ne m’écoute jamaisJamais?
Vraiment?
Y a-t-il des cas où elle t’écoute?
Les règles personnelles généralisées (falloir, devoir, ne pas pouvoir)Je ne peux pas mentir
Il faut que je le fasse
Qu’est-ce qui t’en empêche? Que se passerait-il si tu mentais?
Que se passerait-il si tu ne le faisais pas?
Les jugements universelsC’est mal de mentir
Il ne faut jamais pleurer
Mal pour qui?
D’après qui?
Que se passerait-il si quelqu’un le faisait?

La distorsion

Le filtre de la distorsion vous conduit à déformer ce que vous percevez, pour vous le représenter d’une façon plus conforme par exemple à vos croyances. Par exemple, vous faites très fréquemment de la lecture de pensée d’autrui en interprétant un acte selon vos croyances. Vous arrivez au travail, votre chef ne vous dit pas bonjour, vous en déduisez (c’est là une distorsion) qu’il est en colère contre vous. Alors qu’il est sans doute préoccupé de lui-même, chacun étant d’abord préoccupé essentiellement de lui-même. Vous n’avez aucune preuve, car vous vous garderez bien d’aller vérifier l’information auprès de votre chef, s’il est en colère contre vous, et vous « tordez » la réalité de la situation pour la faire rentrer dans votre cadre de perception.

Distorsion
ExempleQuestion
Lecture de penséeIl me détesteComment le sais-tu?
Equivalence
x prouve y
Il me fuit donc il a peur de moiEn quoi est-ce que l’un prouve l’autre?
Avez-vous déjà fui quelqu’un sans avoir peur de lui?
Cause/effet x cause ySon indifférence me rend maladeEn quoi son indifférence te rend-elle malade? Y a-t-il un contre-exemple?
PrésuppositionAprès la sieste, nous irons au zoo. Pour le meilleur et pour le pire. Quand vous partirez…Mon fils fait ses dents!En quoi la sieste est-elle liée au zoo?
Qui fera la sieste? etc.
Qu’est-ce qui prouve que le pire arrivera?
Qui dit que je vais partir?

La sélection, la suppression et l’omission

Pour en venir au troisième filtre de la communication, je vous parlerai maintenant de la sélection. Vous sélectionnez constamment ce que vous voyez, sentez, entendez. La sélection se produit lorsque vous négligez, excluez ou oubliez quelque chose. La sélection est une fonction importante de notre cerveau et de notre système nerveux. Elle vous évite d’être submergés par la masse des informations qui stimulent vos sens en permanence.

Sélection
Suppression
Omission
QuoiExempleQuestion
Information manquanteL’objet
L’autre terme du comparatif
Je suis heureux
Je suis en colère
Il est + intelligent
C’est mieux
A propos de quoi?
Après qui?
Que qui?Qu’est-ce qui est mieux? Mieux que quoi?
Information vagueLe sujet
Le verbe
Le processus (nominalisation*) *La nominalisation est un nom abstrait. Si on transforme la phrase en changeant le nom en verbe, on récupère l’information perdue et on évite ainsi la généralisation
Cela n’a pas d’importance
Il m’a blessé
J’ai réussi
Il n’y a plus d’amour entre nous
Il faut faire des transformations
Qu’est-ce qui n’a pas d’importance?Comment?Quoi?
Qui n’aime plus l’autre?Qui veut transformer quoi?

EN CONCLUSION

Alors comment pouvez-vous utiliser le métamodèle PNL dans votre vie quotidienne ? Ces filtres de la perception vous jouent parfois des tours, quand vous oubliez de considérer l’autre facette de la réalité.

Par exemple, quand vous dites « Je suis en colère », qu’avez-vous communiqué ? En colère à propos de quoi ? De qui ? Ou encore « Vous vous sentez trahi » : trahi par qui ? Qu’est-ce que la trahison pour vous ? Le rôle de l’outil du métamodèle est donc, en thérapie comme dans une conversation courante, de vous aider à vous faire préciser ce que vous voulez vraiment dire.

Comme vous le voyez, le métamodèle peut vous aider à mieux comprendre votre propre fonctionnement, mais aussi à mieux comprendre le fonctionnement de votre interlocuteur et grâce à des questions toutes simples, à améliorer en profondeur votre communication*avec vous-même, et avec l’autre.

* – La Fabrique Narrative

Patrick Farré coach de vie Toulouse

PATRICK FARRÉ

Coach de vie Toulouse

CERTIFIE RNCP FRANCE ET EUROPE

Votre coach de vie

à lire également

Dernier témoignage

Frederic

J’ai pris rendez-vous avec Patrick alors que dans ma vie personnelle, je n’arrivais plus à gérer, à voir ce qui était normal et ce qui ne l’était pas. Incapable de réagir car tétanisé par les enjeux familiaux et matériel. Patrick, par ses mèthodes, son discours, est parvenu à me rendre maître de ma vie, tout simplement. Un an plus tard, je peux dire que de l’avoir rencontré a été la meilleure décision que j’ai prise. Aujourd’hui, je me suis débarrassé de ce qui me tétanisait pour être enfin serein et maître de ma vie, pour le bonheur aussi de mes deux filles. Un grand merci à toi Patrick!

Voir tous les temoignages

Votre coaching en pratique

  • Vos consultations de coaching en ligne ont lieu sur rendez-vous par téléphone ou visoconférence (Zoom, Google Meet, Skype, WhatsApp…).
  • Vous prenez directement rendez-vous sur mon agenda en ligne, et un mail vous sera envoyé avec les identifiants de connexion.
  • La durée de vos séances, la plus courante et la plus adaptée à une grande variété de problématiques rencontrées, est habituellement de 1h30.
  • Votre coaching suppose un travail interséances (prescription de tâches, d’actions à mettre en place) et un suivi par téléphone, e-mail, SMS.
  • Le paiement de votre coaching individuel se fait en ligne via Paypal ou Stripe (paiements 100% sécurisés) et est payable à l’avance.
  • Votre coaching individuel en entreprise ou dans une organisation fait l’objet d’un contrat tripartite (votre coach – vous-même – votre employeur).
paiement sécurisé paypal
stripe