Développement personnel

3 freins de mon estime de soi

Qui n’a pas déjà entendu au moins une fois cette phrase infiniment subtile « Vous le valez bien ! » ? La publicité a toujours l’art de trouver la bonne formule. Celle qui vous donne envie, vous fait penser que « c’est fait pour vous ». Renforcez au maximum votre estime de soi, votre assertivité et votre affirmation de soi, car vous en valez vraiment la peine. Et arrêtez SVP de vous dire tout le temps « Je suis nulle » ou « Je suis nul » !

Tel est le socle de votre estime de soi, qui est devenu un véritable enjeu de développement personnel et professionnel. Être une personne qui est remarquée, voire remarquable au milieu de la foule, est nourrissant pour votre ego et pour votre besoin ontologique de survie.

Mon premier frein : la peur

La peur m’empêche d’agir

En effet, tout part de cet égo qui est toujours là à faire des siennes. Aujourd’hui, il y a des voix qui s’opposent à lui et plaident pour le « développement impersonnel », à l’inverse de ce que l’injonction sociale pour le bonheur permanent diffuse partout sur la planète.

Le pouvoir de la norme

Votre premier ennemi, c’est la peur. La peur de la disparition, de l’anéantissement, de la dissolution, dans le « grand tout humain ». Ne pas exister, ne pas trouver sa place, ne pas avoir de vie de couple, etc. La pression sociale est là, et bien là. La toute-puissance de la norme.

Blaise Pascal et Thich Nath Han

Le philosophe et mathématicien Blaise Pascal disait que « Tout le malheur des hommes vient de ne pas savoir demeurer en repos, dans une chambre. ». Le maître bouddhiste, Thich Nhat Han1, considère aussi que l’être humain devrait apprendre à se sentir bien tout seul, sans être ermite.

Je fais la paix avec moi-même

Oui, apprendre à être seul vous permet d’être en paix avec vous-même, afin de pouvoir donner le meilleur de soi aux autres. Comment pourriez-vous donner aux autres ce que vous ne possédez pas vous-même ? Il faut d’abord s’aimer soi-même avant de pouvoir aimer les autres !

« Pour l’esprit terne, toute la nature est terne. Pour l’esprit illuminé, le monde entier flambe et rayonne. ».

Ralph Waldo Emerson

Mon second frein : l’auto dévalorisation

Je m’auto dévalorise tout le temps

Sur votre route, vous avez peut-être rencontré l’auto dévalorisation, cette créature de l’ombre qui peut vous manipuler à loisir, dès lors qu’elle a de l’emprise sur vous. Elle vous conduit à penser que vous êtes carrément nul, bon à rien, bref un vrai incapable qui ne pourra jamais réussir dans la vie.

Don Miguel Ruiz et les 4 accords toltèques

Vous mésestimer, c’est vous déposséder de votre identité, de votre puissance personnelle. Le chamane Don Miguel Ruiz, de la noble lignée des Naguals, a beaucoup parlé dans ses livres du « juge intérieur », cette voix qui est dans votre tête et qui vous joue de vilains tours.

Je renonce au jugement

Se juger, c’est déjà se planter un gros pieu dans le pied ! Le jugement sur soi, comme sur les autres, est la cause de la plupart des souffrances que vivent aujourd’hui les êtres humains. Dès qu’un jugement est porté, c’est le début du malheur, de l’intolérance, de l’irrespect, de la malveillance, etc.

Je me débarrasse de l’angoisse

Et le jugement alimente directement votre anxiété, puisqu’il vous prive de fait de votre capacité de bienveillance, d’ouverture, de compréhension. Si vous êtes pour quelque chose, vous êtes contre quelque chose, c’est une réalité incontournable. C’est ainsi qu’arrivent les « mauvaises expériences ».

« Nous savons beaucoup de choses mais en ressentons trop peu. Du moins nous ressentons trop peu de ces émotions créatrices qui façonnent une vie heureuse. ».

Bertrand Russell

Mon troisième frein : la procrastination

Je procrastine, c’est plus fort que moi

La procrastination, cette tendance compulsive à remettre toujours au lendemain, est un sacré obstacle, car elle vous maintient dans l’immobilisme et l’inaction. Ce sont deux fléaux qui vous empêchent de progresser et surtout de développer votre confiance en soi.

Mon estime de soi

Jean-Jacques Rousseau écrivait dans « La Nouvelle Héloïse » que « Nul ne peut être heureux s’il ne jouit de sa propre estime ». Pensez-vous raisonnablement que vous parviendrez à avoir une bonne estime de vous, dès lors que vous ne faites pas ce que vous savez devoir faire pour réussir ?

J’agis et j’ai des résultats

Comment obtenir des résultats si vous n’agissez pas ? L’équation est faussée dès le départ. Pour réussir, vous devez mettre en place des actions. Pas d’actions, pas de résultats. Et votre estime de soi reste alors comme un drapeau en berne, qui ne s’élève pas vers le ciel, et reste collé à terre.

J’élève mon niveau d’énergie

En effet, le point de départ pour vous, c’est bien de poser un acte, de vous mettre en mouvement, de démarrer. C’est pour cette raison que je parle toujours d’énergétique avec mes clients(es), car c’est le carburant dont vous avez absolument besoin. Sans carburant, vous n’avancerez jamais !

« Je ne sais rien de plus encourageant que la disposition indiscutable de l’homme à élever sa vie par l’effort. ».

Henry David Thoreau

Je choisis le mode bienveillance et douceur

Yes, I can

Oui, vous le pouvez, soyez-en certain. Tout l’enjeu pour vous est de vous débarrasser de tout ce qui vous encombre, et de tout ce qui vous freine. Vous devez faire de la place à ce qui est neuf, et à ce qui ne demande qu’à sortir de votre cave, à émerger au grand jour, et à la vue de tout le monde.

Je me fais confiance

Dès que le ménage est fait, vous pouvez passer à un autre niveau. Et commencer à miser sur vous-même, en toute sérénité et avec la plus grande conviction possible. Vous commencez à prendre la pleine mesure de votre valeur, de vos talents, de vos qualités, de vos compétences.

Je suis bienveillant et aligné

La bienveillance et la douceur sont les clés de votre maison. Vous ne devez jamais vous en séparer, et vous devez toujours les porter sur vous, les avoir avec vous. Si elles deviennent une seconde nature, tout vous sera plus facile. C’est cela être aligné, au sens de la PNL, et être centré.

Je trace ma voie

La société vous pousse constamment à vous adapter à elle, ce qui est un parfait contresens, selon moi. Vous n’avez pas à vous conformer à quoi que ce soit. Vous avez juste à trouver votre propre voie, qui ne sera pas celle de votre ami, de votre collègue de travail ou de votre voisin.

« L’expérience n’est pas ce qui arrive à un homme ; c’est ce qu’un homme fait devant ce qui lui arrive. ».

Aldous Huxley

1 – Thich Nhat Han